• An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
Decrease font size Default font size Increase font size

Les 70 ans de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme

« Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. »

Après les horreurs de la Seconde Guerre Mondiale a été adoptée la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (DUDH). En considérant que les hommes ont une valeur intrinsèque et avec comme objectif d’offrir à chacun la possibilité d’une vie digne, la communauté internationale a décidé d’ établir des directives universelles pour société humaine organisée.

Aujourd’hui nous célébrons donc le 70e anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Ces droits prévoient entre autres le droit d’asile, le droit au logement et à un niveau de vie suffisant, à la liberté de pensée….

Pourtant de plus en plus de gouvernements jugent inutile de respecter ces droits de l’homme et bafouent les traités internationaux.

La Belgique a un des taux de pauvreté infantile les plus hauts en Europe. La pauvreté est bien plus qu’un problème d’argent. Elle touche un enfant dans toutes les facettes de sa vie et a de sérieuses conséquences sur sa santé, ses chances de faire des études, sa sécurité et son avenir. Dans notre pays, le contexte socio-économique dans lequel évolue un enfant peut être le facteur le plus déterminant en ce qui concerne son bien-être et ses perspectives d’avenir.

Au Yémen déjà 85 000 enfants sont morts de la famine causée par la guerre.

Des hébergeurs de migrants sont traduits en justice à cause de l’aide humanitaire qu’ils ont apportée. Le nombre de demandes d’asile est limité. Le pacte migratoire est mis en cause. La solidarité peut être un crime.

Le spectre du populisme et de l’extrême droite hante l’Europe. La liberté d’expression est menacée, même la démocratie est mise en cause. La société a besoin de nuance.

En quelle mesure peut-on au nom de la démocratie limiter la démocratie et les Droits de l’Homme ?

Ne nous limitons pas à célébrer l’anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, respectons-la aussi, et montrons-nous dignes de notre Obédience et de son nom.

Défendons les Droits de l’Homme et nos valeurs de Liberté, Égalité et Fraternité, sans distinction d’ordre social, ethnique ou philosophique.

 

Karin Matthys

Le Grand-Maître National de la Fédération belge du DROIT HUMAIN.

Le 10 décembre 2018



 

Nous avons 5 invités et aucun membre en ligne

Visiteurs
1
Articles
37
Compteur d'affichages des articles
284251